Midland

 

Mes gros coups de coeur pour un artiste ou un groupe se comptent, chaque année, sur les doigts de la main. Et là, pas d’hésitation à avoir (ce qui pour un natif du signe de la balance est un pur exploit !). Ces gars là, je le sens, vont littéralement ‘‘casser la baraque’’ ! Je vous le parie sur ma plus belle chemise et j’y tiens. En 2008, dans le premier numéro de ce magazine qui s’appelait alors ‘‘Made in USA’’ j’avais eu le même choc pour une gamine sur laquelle je m’emballais : une certaine... Taylor Swift !

C'est dès le numéro 55 de Country Music Mag (septembre/octobre 2017) que je tombe en arrêt sur ce trio. Le même choc qu’en septembre 2009, dans une chambre d’un motel modeste de la périphérie de Nashville, Tennessee : j’avais entendu pour la première fois, sur la chaine CMT, une chanson d’un groupe alors inconnu : Lady Antebellum et la chanson... ‘‘Need You Now’’, bien sur !

Mais qui sont ces types la ?...

Présentation : 

Mark Wystrach, le chanteur ‘‘Lead’’ : « Pour moi, la musique a toujours fait parti de ma vie. Mes parents sont tous les deux des grands fans de musique et de concerts. Mon père qui a grandi à Los Angeles est plus Rock n’ roll, R&B et Motown. Ma mère tout comme moi, avons grandi dans un ranch du sud de l’Arizona qu’avait construit les grand parents. Elle chantait dans une chorale et a toujours rêvé de devenir chanteuse. A la fin des années 70, mes parents ont fini par acheter une salle où se produisait plusieurs soirs par semaine des artistes Country. Le dimanche ils jouaient du Jarocho music, de la musique traditionnelle mexicaine executée à la harpe (ndt : !?!). Alors j’ai en permanence été exposé à de la musique et quand on travaillait au ranch avec ma mère on chantait en choeur. Alors on peut dire que la musique fait partie intégrante de ma vie. » 

Jess Carson, le guitariste : « je suis né dans une petite ferme dans l’Oregon. Nous y faisions pousser des arbres de Noêl, des fraises et des framboises. La Country était le seul type de musique qui s’écoutait dans la région. Nous n’avions même pas de télévision mais nous avions un piano. Ma soeur en jouait et mon père était à la guitare. Alors je lui ai souvent piqué pour en jouer alors que j’étais encore plutôt jeune. Nous jouions de la musique tous ensemble et rapidement, dès mon adolescence, j’ai voulu me mettre au Rock. Nirvana et des groupes de ce genre là. Durant toute ma vingtaine, j’ai donc joué du Rock et de l’Américain, mais sans oublier le background de la Country, le truc avec lequel j’étais sans doute le plus familier. » 

Cameron Duddy, le bassiste : « Mes parents se sont séparés alors que j’étais encore très jeune et je ne voyais mon père qu’une fois par mois au point que je suis quasiment devenu un étranger pour lui. Difficile que les liens se resserrent en un week-end. Parfois vous ne savez même plus quel sujet aborder pour parler ensemble et ce qui a brisé la glace entre nous a été de parler de musique.Mon père ma offert ma première guitare, c’était l’une des siennes, une Epiphone électrique et se fut ma porte d’entrée dans le monde de la musique. Une chose très importante pour moi en tant qu’enfant, car elle m’a aidé à trouver mon identité et à communiquer avec mon père. » 

Mark : « Jess, Cameron et moi, comme beaucoup de jeunes dans leur vingtaine avons quitté l’Ouest pour essayer de réaliser nos rêves et on s’est tous rencontrés sur la scène musicale. Jess et Cameron jouaient dans différents groupes et sans avoir jamais formé un groupe nous avions à plusieurs reprises collaboré avec l’un ou l’autre. Cameron qui s’est marié à Jakson Hole, Wyoming, nous a demandé de devenir ses témoins et c’est la première fois que nous avons joué ensemble. Nous avons tout de suite réalisé que le fait d’être ensemble sur scène nous apportait une énergie toute particulière. On s’est regardé et on s’est dit : «Eh mec, on devrait faire quelque chose ensemble ». C’est comme cela que ça a démarré.»

Le trio s’installe à Dripping Springs, un petit bled de 1788 habitants (au recensement de 2010) mais qui présente l’avantage d’être situé à seulement 21 miles au Sud-Ouest d’Austin ‘‘live Music City’’, Texas. Ils vont rapidement être repérés et c’est en 2016, après avoir été signés par Big Machine Records que sort leur premier album, un EP de 5 titres tout simplement titré ‘‘Midland’’. Un mini-album produit par ce qui peut être considéré comme LE duo de magiciens, j’ai nommé : Dan Huff et Shane McAnally. Le méga tube “Drinkin’ Problem” figure déjà sur l’album et s’est sans doute sa montée en puissance dans les charts du Country Airplay (5e au classement des chansons les plus diffusées sur les stations radio Country cet été) qui leur ouvre très rapidement les portes pour la production d’un ‘‘LP’’ (‘‘Long Play’’, en clair : un album complet). En attendant de s’y atteler, le trio passe l’été dernier en première partie des 4 concerts de la tournée ‘‘Soul2Soul’’ de Tim McGraw et Faith Hill au Canada.

 

Influences

Mark : « Quelqu’un m’a dit : ‘‘Tu sonnes comme si tu étais le produit entre George Strait et les Eagles’’ »

Jess : « Ce que nous espérons surtout c’est produire une musique sans âge et que les gens souhaitent écouter maintenant et dans 40 ans. Tout comme les artistes que nous écoutons de Willie Nelson à John Conlee, en passant par Eddie Rabbitt ou Alabama… »

Mark : « ajoute aussi Keith Whitley, Gary Stewart, George Strait... »

Cameron : «... Les Eagles, Brooks & Dunn, Alan Jackson, Dwight Yoakam, Garth Brooks. Ils ont tous produit de l’excellente musique à une époque où la Country se mélangeait non pas à la Pop Music mais à la culture Pop. »

Mark : «si tu écoutes aujourd’hui ‘‘Rose Colored Glasses’’ de John Conlee, cette chanson tient la distance. Et c’est cette notion de sans âge qui nous permet d’être en communion avec des gens ayant des gouts divers. Tu n’as pas besoin d’être fan de Country, c’est simplement de la bonne music. »

Cameron : « La Country Music est en plein changement et c’est vraiment excitant de se retrouver à la croisée des chemins. On est simplement arrivé au bon endroit au bon moment. On profite de l’instant... En permanence !» L’habit fait le moine !?!... »

 

Cameron : « Je sais exactement pourquoi j’ai acheté ce type de veste flashy : Rick Danko du groupe The Band portait la même dans ‘‘The Last Waltz’’*. Quand à Mark, il porte cette veste car il adore Keith Richards. »

Mark : « C’est vrai, je suis un grand fan des Stones. Je pense que c’est une façon de s’exprimer à la fois artistiquement et musicalement. »

Cameron : « Tout est une question d’inspiration coincée quelque part au fond de notre esprit, un truc que vous n’appréhendez même pas quand vous fouiller dans un magasin de fringues vintages. Tous trois avons décidé de porter ce genre de frusques assez incroyables. »

Dernière question que je me posais : « ‘‘Midland’’, un nom plutôt bizarre pour un groupe ?... » Après enquête, c’est en hommage à Dwight Yoakam, un artiste qu’ils adorent, et de sa chanson : ‘‘Fair to Midland’’ (dans album ‘‘Population Me’’ en 2003)

 

 

* : un film documentaire (1978) réalisé par Martin Scorsese sur le concert d’adieu donné à San Francisco par le groupe de Rock canadien (1976)